Dossiers

À l’heure où nous écrivons ces lignes, Maxime Prévot n’est pas encore président du cdH. Le vote est prévu pour le samedi 26 janvier. Trompettes au vent, la presse le donne d’ores et déjà gagnant. Mais pour Namur, serait-ce profitable ? N’est-ce pas contraire à son engagement d’être bourgmestre à temps plein ?

Certains disent que la 29e édition des Namurois de l’année est la plus réussie. Dans le chapiteau installé dans la cour du Palais provincial, plus de 200 personnes se sont pressées pour une proclamation menée de main de maître par le duo formé par Olivier Keuller, président du jury, et Annie Degen.

La cérémonie s’est terminée par l’allocution traditionnelle du Gouverneur Denis Mathen, qui cette année, jonglait avec le thème du livre.

L’aventure a commencé lorsque Guy Leclercq avait 16 ans et demi. Il suit alors des cours à l’IATA en horlogerie, mais rêve d’être coiffeur sur les bateaux. C’est à ce moment-là qu’il rencontre une anglaise, dont les parents sont partis vivre aux Iles Canaries. Le jeune couple décide de les rejoindre et débute alors une vie à laquelle Guy Leclercq ne s’attendait sûrement pas. Sur place, il apprend l’anglais et l’espagnol et vend ses peintures par l’intermédiaire d’une péruvienne installée dans un camping-car. Mais l’histoire d’amour prend fin tragiquement, quand la jeune fille, malade, est internée par ses parents.

Debout au coin de la rue Tillieux et de l’avenue Jean Materne, je regarde cette église Saint-Symphorien déjà fermée au culte. Mes yeux s’arrêtent sur le grand triangle de béton blanc au-dessus du porche de l’entrée. Il semble avoir été mis là pour dissimuler quelque chose. Je sais maintenant qu’il y a là un grenier plein de secrets. Le Père Boniface m’a laissé entendre que c’est dans ce grenier que le recteur de la communauté jésuite de Namur avait entreposé des toiles susceptibles d’alimenter les critiques d’hérésie que les ennemis de la Compagnie distillaient auprès du Pape.

La première réunion du Conseil Communal de Namur : une séance de défoulement collectif (impressions).
Les turpitudes (supposées) de Pierre-Yves Dupuis : histoire d'un couple politique mal assorti.

- Ça dure depuis longtemps ?
- Quoi ? demanda Georges.
- Ta relation avec cette femme !
Georges avait commis l’imprudence de laisser une lettre de Ria dans la poche de son pantalon. Avant de le fourrer dans le tambour de la machine à laver, Suzanne en avait ôté trois pièces de monnaie, un mouchoir chiffonné et cette lettre qui la fit trembler. Elle était écrite en néerlandais, mais le peu qu’elle connaissait de cette langue était suffisant pour en comprendre le sens général. C’était la déclaration d’un amour fou. Un amour secret. Depuis combien de temps son mari avait cette liaison ?
Illustrations Benoi Lacroix

Batireno, c’est six journées complètes de salon (et une nocturne le vendredi 18 janvier), avec 150 entreprises des différents domaines de la construction et de la rénovation et leurs experts, sur 12 000 m2. Un espace est spécialement réservé aux jardins et aux aménagements extérieurs. Nouveauté de cette année : Place aux Objets, un popup store où découvrir des objets déco et petits mobiliers dans l'air du temps, avec une dizaine d’enseignes déco et design présentes.

"À l’occasion du Salon de l’auto, l’idée nous est venue d’analyser le milieu des concessionaires namurois. Nous en avons repéré 14, représentant 24 marques. Je suis allée à la rencontre de quatre concessionnaires, trois hommes et une femme qui ont accepté de me faire entrer dans leur monde et de m’expliquer leur métier." Amélie Sonvaux

Chaque année, le rEHNam (réseau des émérites et Honoraires de Namur) organise un colloque multidisciplinaire centré sur le " devenir " de notre société en lien avec des technologies. En décembre 2018, il s’est intéressé aux nanotechnologies, dont les usages ne cessent de se multiplier. Dans le cadre de ce colloque, notre collaborateur Dario Groppi a écouté la conférence d’Antoinette Rouvroy, chercheuse FNRS, sur le transhumanisme.

La nuit tombe très vite en novembre. Le soleil s’est couché derrière la masse obscure de la Citadelle. Vers le nord, des nuages forment des grappes de raisins noirs sur une nappe blanchâtre que traverse une escadrille de corneilles en craillant. Ils se délitent et les corneilles en zigzagant en font une soupe qui vire au gris. C’est curieux, me dis-je, comme tout change vite. Dans ma tête, les idées se bousculent, formant une même pape où je ne distingue plus rien.

Agenda

Du 22 février 2019 à 16h00 au 09 mars 2019 à 19h00
 

Notre dernière parution

582 - Les jeunes pour le climat, dossier écoconstruction, qui succédera à Mgr Van Cottem, le square Léopold et le Grognon ...

Le Confluent 582 est disponible dès le samedi 23 février dans les boulangeries, librairies et dans la boîte aux lettres de nos abonnés dès lundi.

Prochaine parution le 9 mars 19