Dossiers

A Namur une prison tranquille, familiale et citadine, des rénovations en plusieurs phases, des passeurs d'humanité, une commission de surveillance renouvelée, tels sont les sujets abordés par Christine Rasir dans notre dossier "Prison".

Taviers, la Terre aux pierres. En septembre 1953, Pierre Claes s’y rend pour la deuxième fois avec une équipe de fouilleurs. Ils creusent dans le champ, où la moisson a été faite. La chance est avec eux. Ils font une découverte qui justi fi e toute une vie d’archéologue.

Il se présente, il s’appelle Henri. Il est un peu ce que le Prince Fourré est à De Beukelaer, leurs noms sont presqu’homophones. Le prince, car il est le peintre le plus marquant de la famille. Son vieux s’appelait Ferdinand (le vieux), tandis que son frère s’appelait aussi Ferdinand, mais le jeune. Sans oublier son cousin du nom d’Adrien Ferdinand. Mais heureusement que les Ferdinand pouvaient tous se voir en peinture, sinon cela aurait noirci le tableau.

Si l’on avait su en 2015 que les marronniers du Grognon étaient malades au point de devoir être abattus quelques années plus tard, les auteurs du schéma de la Confluence auraient sans doute pu réfléchir à son aménagement sans la contrainte du talus artificiel sur lequel ils s’élèvent et qui réduit sensiblement l’espace dévolu aux piétons à la sortie du tunnel reliant l’esplanade à la rue du Grognon.

Dans un livre d’abord publié en néerlandais et réécrit ensuite par l’auteur en français, le professeur gantois retraité Marc Verschooris révèle par le menu les faits et gestes de trois agents secrets belges, au rang desquels un enfant du pays de Namur, Albert Mélot, parachuté le 11 avril 1944 à Somme-Leuze pour prendre la direction de la section gantoise de l’Armée secrète. Nous en tirons trois épisodes émouvants de sa vie de résistant.

Christine Rasir, notre journaliste parcourt la Nationale 90, cet axe très fréquenté et dont il faudrait sécuriser la chaussée. On y trouve une nouvelle clinique dédiée au sport, un centre d'affaires, un gîte et une vigne.

Scénario, cadrage, clap, contrechamp, figurant, court-métrage, générique, parchemin, comédie... Cherchez l’intrus, la Société archéologique de Namur était au FiFF (Festival International du Film Francophone). C’est dans le cadre du FIFF (Festival International du Film Francophone) que la Société archéologique de Namur a proposé une animation pour les ados en collaboration avec la Maison de la Poésie et de la Langue française de Namur, le Réseau namurois de lecture publique et la Bibliothèque principale de la Province de Namur.

Casino et garde-corps : Namur oublie-t-elle ce qu’elle doit à l’architecte Georges Hobé ?
Automutilation patrimoniale ? Déni de culture ? Dysfonctionnement institutionnel ? Négligence coupable ? Un peu les quatre ? Dans la fièvre bâtisseuse du moment, le mini-pavillon d’entrée du casino est passé au bleu dans le programme des travaux du futur casino resort Hotel. L’architecte Raymond Balau, professeur à La Cambre, spécialiste de Hobé et critique AICA-SCAM, réagit.

Après cinq années de combat acharné dans l’opposition au sein du parlement de Wallonie, le député namurois écolo Stéphane Hazée, à la tête d’un groupe renforcé (12 élus au lieu de 4), intégré dans la nouvelle majorité régionale, s’apprête à reprendre le flambeau de chef de groupe. Nous l’avons rencontré.

La Ville de Namur veut interdire les chauffages des terrasses pour éviter le gaspillage d’énergie. La raison est donc écologique…
L’échevine de la Mobilité, Stéphanie Scailquin explique à Confluent la raison de l'augmentation de certains parkings : " Pour persuader les conducteurs d’utiliser un P+R, pour qu’ils prennent un bus et non leur voiture pour aller au centre-ville, il faut un incitant fi nancier, il faut que plus on s’éloigne du centre-ville, plus le tarif soit dégressif. "

Le numéro 600 c'est pour très bientôt !

 

Agenda

Notre dernière parution

Dossier spécial fêtes !, Namur a besoin de logements supplémentaires, patrimoine : l'Art du don ou votre nom dans l'histoire

Le Confluent 599 sera disponible dès ce jeudi 5 décembre dans les boulangeries, librairies et dans la boîte aux lettres de nos abonnés.