Dossiers

Dans un communiqué, le Collectif Parc Léopold se dit heureux du résultat - on le saurait à moins- et remercie les centaines de bénévoles qui ont œuvré à cette victoire de la démocratie.
 
Après avoir regretté qu'il ait fallu trois années de lutte pour arriver à ce résultat, il prend bonne note qu’aujourd’hui la Ville souhaite mettre tout le monde autour de la table (majorité, opposition, AMCV, UCM, commerçants, promoteur et le Collectif) et s'en réjouit.

Dans un  communiqué de presse, le PTB, dont les membres ont soutenu de l'extérieur l'action du Collectif Parc Léopold, se manifeste logiquement après la leçon tirée par le Collège communal.
Il écrit : "
Selon le Collège communal, les divergences se résumeraient aujourd'hui seulement à la dimension du complexe commercial envisagé, à l'ampleur du 'vaste espace public convivial et arboré' et au 'nombre d'arbres qui pourront être préservés'."

Dans son communiqué officiel, le Collège communal minimise la participation à la consultation populaire : seul un Namurois sur quatre, c'est deux fois moins que lors de celle de 1996 ! Son commentaire : "il n'y a donc pas eu le ras-de-marée de rejet du projet proposé par la Ville, contrairement à ce que d'aucuns avaient pu annoncer ou espérer, ce dont nous nous réjouissons."

Le débat sur Canal C, qui a eu lieu ce vendredi 6 février, a permis de clarifier les enjeux, mais aussi de voir la détermination des protagonistes.
 
Très clairement, le bourgmestre a déclaré que si les citoyens avaient de droit de s'exprimer, ce sont les élus qui avaient le droit de décider. Et il décidera selon sa conscience. Sa conscience éclairée.
 
Malheureusement, les raisonnements qu'il tient sont souvent basés sur des sophismes. C'est ce qui explique qu'il s'enferme en lui-même plutôt que d'entrer en dialogue. Car chacun sait combien les sophismes sont des pièges pour l'esprit dont on se dégage difficilement... 
Voici trois remarquables sophismes qu'il a tenus. 
Ce jeudi 5 février, le PS a exprimé sa position sur le projet de centre commercial soumis à la consultation populaire. 
 

Parc Léopold et consultation populaire

 

Le lundi 12 janvier, Canal C nous a permis de suivre en direct un échange de vues, courtois mais ferme, entre les protagonistes du débat sur l’avenir du parc Léopold. Quelles leçons en tirer ? Nous avons tenté de démêler le vrai et le faux dans les dires des uns et des autres.

Le jury : sur le qui-vive tout au long de l’année

Depuis 25 ans, le jury des Namurois de l’Année, présidé par Mariette DELAHAUT, se réunit d’octobre à décembre pour sélectionner les lauréats parmi les personnalités qu’ils ont repérées tout au long de l’année. 

 

La consultation populaire du 8 février

L’avenir du centre commercial et du parc Léopold en débat

 

Le 8 février 2015, tous les habitants de Namur de plus de 16 ans seront invités à se rendre dans un bureau de vote pour exprimer leur opinion sur l’avenir du parc Léopold, mais pas seulement : l’autorité communale veut en faire un référendum sur sa politique urbaine.

En 1974, les Mutualités Chrétiennes de Namur relevaient le défi d’installer un nouvel hôpital dans une ville qui en comptait déjà deux très solides. La Clinique Saint-Luc a su par la suite trouver sa place tout en préservant l’esprit qui avait présidé à sa création.

Des constats

 

Ils le précisent d’emblée : ils ne sont pas toujours d’accord, et c’est ça qui les fait avancer… Philippe Defeyt et Jean-Pierre Martin ont en tout cas en commun de se démener pour proposer des solutions rapides et effficaces au problème de logement à loyer modéré. Ils étaient à la Maison des Projets et des Débats en ce début décembre pour y présenter leurs constats et leurs propositions, face à un parterre de convives très concernés par le sujet.

< Préc 1 ... 51 52 53 ... 57 58 Suiv >

Festival Esperanza

Festival Esperanza

 

Notre dernière parution

591 - Square Léopold : un nouveau projet très contesté, les leçons du scrutin du 26 mai, Adélaïde : "au secours" !

Le Confluent 591 sera disponible dès ce vendredi 05 juillet dans les boulangeries, librairies et dans la boîte aux lettres de nos abonnés.