584 - Projets urbains - Pourquoi il faut renoncer au téléphérique

Qu’il faille mieux relier le centre-ville à la Citadelle, c’est une évidence. Je veux dire pour les gens sans voitures.
Comme il faut mieux relier Jambes à la Corbeille (ce qui va se faire par l’Enjambée) et la Corbeille à Bomel (ainsi que l’ont encore proclamé les Ateliers urbains de l’espace Léopold).
On comprend donc que, dans cet esprit, l’idée d’un téléphérique ait pu germer. Mais s’agit-il d’un bon projet ? je pense que non, et je suis loin d’être le seul.
C’est que, par contraste avec les réalisations en cours qui visent à mettre en valeur le site exceptionnel du confluent et de l’éperon rocheux que surmonte de la citadelle, le téléphérique bouscule le site et ignore le patrimoine ainsi que les gens qui y sont attachés, au point que l’on ne peut que s’étonner que les mêmes autorités qui, d’un côté, financent ces réalisations exemplaires, de l’autre, approuvent et même subventionnent l’implantation d’un engin mécanique qui, par sa configuration, sa conception et son implantation, en est l’exacte antinomie.
Car ce projet, osons le dire, est inutile, laid et coûteux.

Pierre Dulieu

Lire la suite vendredi dans le numéro 584 de Confluent en vente ici


Avis des internautes

Soyez le premier à réagir à cet article !

Réagir à l'article : « 584 - Projets urbains - Pourquoi il faut renoncer au téléphérique » ? Votre avis nous intéresse. Envoyez votre commentaire grâce au formulaire ci-dessous. Notre webmaster modère en permanence ce site Internet. En un clic, vous pouvez partager ce sujet avec vos amis Facebook ou vos followers sur Twitter. Merci pour votre participation. Tout commentaire est modéré avant publication.

Votre pseudonyme
Votre adresse email
Votre commentaire

Le numéro 600 c'est pour très bientôt !

 

Agenda

Notre dernière parution

Dossier spécial fêtes !, Namur a besoin de logements supplémentaires, patrimoine : l'Art du don ou votre nom dans l'histoire

Le Confluent 599 sera disponible dès ce jeudi 5 décembre dans les boulangeries, librairies et dans la boîte aux lettres de nos abonnés.