587 - Dossier Projet urbain : La métamporphose du quatier des casernes ou la "Neuville"

1. Le site
Le territoire qu’il est convenu d’appeler Quartier des Casernes s’étend depuis le pont des Ardennes jusqu’à la rue Lucien Namèche, de part et d’autre de l’axe Brabant – Rogier.
Les bâtiments militaires destinés au logement des troupes ont disparu dans les années 1970 pour faire place à la cité administrative des Finances et à
un espace vide, utilisé comme parking.

Voici le destin des derniers vestiges :
- la porte monumentale donnant sur la rue Général Michel a été démolie en 2018 ;
- le mur d’enceinte qui délimite le parking disparaîtra dans le projet en cours, mais on en conservera quelques éléments (voir plus loin) ;
- le grand porche, quoique non classé, sera réhabilité ;
- le petit Manège a disparu pour faire place à l’hôtel Ibis ;
- l’ancien Mess des officiers vient d’être rasé pour permettre la construction de l’Académie de musique ;
- le Grand Manège est maintenu dans ses murs extérieurs, mais englobé dans le futur Palais de la musique ;
- l’ancienne caserne des pompiers a été vendue à la Communauté française pour y construire le futur complexe de l’Espena.

Lire la suite dans notre numéro 587 en vente ici


Avis des internautes

Soyez le premier à réagir à cet article !

Réagir à l'article : « 587 - Dossier Projet urbain : La métamporphose du quatier des casernes ou la "Neuville" » ? Votre avis nous intéresse. Envoyez votre commentaire grâce au formulaire ci-dessous. Notre webmaster modère en permanence ce site Internet. En un clic, vous pouvez partager ce sujet avec vos amis Facebook ou vos followers sur Twitter. Merci pour votre participation. Tout commentaire est modéré avant publication.

Votre pseudonyme
Votre adresse email
Votre commentaire

Festival Esperanza

Festival Esperanza

 

Notre dernière parution

591 - Square Léopold : un nouveau projet très contesté, les leçons du scrutin du 26 mai, Adélaïde : "au secours" !

Le Confluent 591 sera disponible dès ce vendredi 05 juillet dans les boulangeries, librairies et dans la boîte aux lettres de nos abonnés.