589 - Les déambulations de Franswès Pignon : et les casernes firent pschitt !


De plus, tout au long de ces semaines, le soleil printannier avait filé à l’anglaise, et Theresa May n’avait pas vu Juin. Ce joli mois de mai s’éloignait comme un Brexit. Il ressentait la tristesse d’un rendez-vous manqué, telle la moutarde de Dijon à qui l’on pose un lapin. Il lui fallait donc reprendre des couleurs. La sortie envisagée tombait à pic comme un arc-en-ciel.

Françwès avait appris l’organisation d’un festival d’art urbain début du mois, où l’on invitait des artistes à faire des choses qui n’étaient pas autorisées auparavant. Si c’est permis, graffiti n’est donc pas le terme exact, pensa-t-il. Peinture en aérosol est plus juste, mais ça perd un peu de son peps hors-la-loi, comme un Tais-toi qui remplaçerait un Ta gueule ! Il se dirigea donc vers le parking des casernes où la majorité des artistes de rue avaient fait le mur pour s’éclater. Chemin faisant, comme dit le perdreau, Pignon songeait justement à ce site des Casernes.

Olino

Lire la suite dans notre numéro 589 en vente ici


Avis des internautes

Soyez le premier à réagir à cet article !

Réagir à l'article : « 589 - Les déambulations de Franswès Pignon : et les casernes firent pschitt ! » ? Votre avis nous intéresse. Envoyez votre commentaire grâce au formulaire ci-dessous. Notre webmaster modère en permanence ce site Internet. En un clic, vous pouvez partager ce sujet avec vos amis Facebook ou vos followers sur Twitter. Merci pour votre participation. Tout commentaire est modéré avant publication.

Votre pseudonyme
Votre adresse email
Votre commentaire

Le numéro 600 c'est pour très bientôt !

 

Agenda

Notre dernière parution

Dossier spécial fêtes !, Namur a besoin de logements supplémentaires, patrimoine : l'Art du don ou votre nom dans l'histoire

Le Confluent 599 sera disponible dès ce jeudi 5 décembre dans les boulangeries, librairies et dans la boîte aux lettres de nos abonnés.