595 - les déambulations sérotinales de Françwèès Pignon

Françwès se mit donc en route vers sa première destination, devenue à Namur ce que l’Amazonie est dans l’actualité mondiale, à savoir un sujet brûlant. Bien que plus restreint, le square Léopold risquait également de se faire des cendres. L’épée de Damoclès était plus que jamais sur ses troncs, et le parc s’accrochait en vert et contre tout.
Au coeur de celui-ci était encore dressé l’ancien Pavillon du Tourisme, un polygone que l’on a mis douze fois de côté, mais qui avait réussi à traverser le temps tant il avait l’habitude qu’on l’envoie se faire voir. Sur ses douze panneaux, l’artiste MrX avait évoqué la Sambre et la Meuse, derrière la sculpture du même nom qui avait vu tant d’eau s’écouler sous les ponts.
Pignon avait lu que cette oeuvre était réalisée dans le concept du M.U.R (Modulable Urbain Réactif). L’idée de cette association était de substituer des visuels publicitaires à des créations artistiques. Même si c’est temporaire, pour le marchand, ça l’affiche
mal...

Olino

Lire la suite dans le numéro de Confluent en vente ici dès ce vendredi 4 octobre


Avis des internautes

Soyez le premier à réagir à cet article !

Réagir à l'article : « 595 - les déambulations sérotinales de Françwèès Pignon » ? Votre avis nous intéresse. Envoyez votre commentaire grâce au formulaire ci-dessous. Notre webmaster modère en permanence ce site Internet. En un clic, vous pouvez partager ce sujet avec vos amis Facebook ou vos followers sur Twitter. Merci pour votre participation. Tout commentaire est modéré avant publication.

Votre pseudonyme
Votre adresse email
Votre commentaire

Notre dernière parution

Sortie de notre dernier numéro 596- Au sommaire : comment le portique du casino a été sauvé, Nature et Patrimoine : à quand une politique cohérente ?

Le Confluent 596 sera disponible dès ce vendredi 18 octobre dans les boulangeries, librairies et dans la boîte aux lettres de nos abonnés.