596 - "L'inévitable abattage" des marrronniers du Grognon

"L'inévitable abattage" des marronniers du Grognon

À l’époque, le collège communal – qui ignorait la maladie, révélée en 2016 – a imposé leur maintien, considérant que leur sacrifice pour des raisons urbanistiques serait le geste de trop qui susciterait une opposition inutile. Il a aussi estimé – raison invoquée aujourd’hui pour la replantation – que ces arbres contribuaient à structurer le paysage. Et il a raison, car ils tendent à dissimuler, aux yeux des personnes qui fréquentent la terrasse ou les gradins du Delta, la circulation sur la nouvelle voirie conduisant au pont de France. Le Namurois est fort attaché à la parure verte de sa ville. C’est ce qui explique l’embarras visible de l’autorité communale qui, au courant depuis trois ans de la maladie qui attaque les racines, n’en a parlé qu’au moment de l’abattage, prenant tout le monde par surprise.

Pierre Dulieu

Lire la suite dans le numéro 596 en vente ici


Avis des internautes

Soyez le premier à réagir à cet article !

Réagir à l'article : « 596 - "L'inévitable abattage" des marrronniers du Grognon » ? Votre avis nous intéresse. Envoyez votre commentaire grâce au formulaire ci-dessous. Notre webmaster modère en permanence ce site Internet. En un clic, vous pouvez partager ce sujet avec vos amis Facebook ou vos followers sur Twitter. Merci pour votre participation. Tout commentaire est modéré avant publication.

Votre pseudonyme
Votre adresse email
Votre commentaire

Le numéro 600 c'est pour très bientôt !

 

Agenda

Notre dernière parution

Au sommaire : Le quartier Rogier, des acteurs de la transition à Namur, un grand entretien, une somme d'informations sur Namur, une pause-croquis ...

Le Confluent 598 sera disponible dès ce jeudi 21 novembre dans les boulangeries, librairies et dans la boîte aux lettres de nos abonnés.