597 - Exposition Henri De Braekeleer : une fenêtre ouverte sur la modernité qui frappe à notre porte

Fenêtre ouverte sur la modernité


Ce titre d’expo est une subtile métaphore. Une métaphore, car il s’agit d’appréhender son oeuvre dans son contexte temporel et son apprentissage artistique. Henri est né en 1840 et décédé en 1888 dans la même ville. Anvers fut son seul endroit. Dans sa famille, tous les Ferdinand peignent, chauve qui peut. L’influence est indéniable, celle de la peinture néerlandaise du 17e siècle.
Il l’étudia, principalement les oeuvres de Pieter De Hooch et d’un certain Jan Vermeer. Une peinture de genre, un humain solitaire absorbé dans sa tâche et planté dans un décor minutieux. Ce qui est formidable avec la peinture de genre de ce genre, c’est que le décorum entourant le personnage est lui-même une fenêtre sur son âme. Il y a une fusion entre le sujet et son environnement. L’interne s’externalise, ou pour reprendre un slogan publicitaire, ce qui se passe à l’intérieur se voit à l’extérieur.

Olino

La suite dans notre numéro 597 en vente ici


Avis des internautes

Soyez le premier à réagir à cet article !

Réagir à l'article : « 597 - Exposition Henri De Braekeleer : une fenêtre ouverte sur la modernité qui frappe à notre porte » ? Votre avis nous intéresse. Envoyez votre commentaire grâce au formulaire ci-dessous. Notre webmaster modère en permanence ce site Internet. En un clic, vous pouvez partager ce sujet avec vos amis Facebook ou vos followers sur Twitter. Merci pour votre participation. Tout commentaire est modéré avant publication.

Votre pseudonyme
Votre adresse email
Votre commentaire

Le numéro 600 c'est pour très bientôt !

 

Agenda

Notre dernière parution

Au sommaire : Le quartier Rogier, des acteurs de la transition à Namur, un grand entretien, une somme d'informations sur Namur, une pause-croquis ...

Le Confluent 598 sera disponible dès ce jeudi 21 novembre dans les boulangeries, librairies et dans la boîte aux lettres de nos abonnés.