Numéro 600 - Introduction : La période qui a vu Namur grandir.

AVANT

Avant cette période, l’idéal des autorités était une ville plaisante au regard, agréable à habiter et attrayante pour les touristes. Dans les prospectus touristiques, on l’appelait Namur la Belle. Les reconstructions de l’après-guerre respectaient le style mosan traditionnel, tandis qu’en bord de Meuse, le boulevard se paraît d’immeubles à appartements aux larges fenêtres pourvues de balcons fleuris (arch. José Ledoux), encadrant un pont des Ardennes – le dernier pont riveté de Wallonie – gardé par la statue équestre des 4 fils Aymon chevauchant le cheval Bayard (Olivier Strebelle,1958).

APRES

Après, c’est-à-dire à partir d’aujourd’hui, les autorités se reconnaissent dans une toute autre approche. Elles veulent donner à Namur l’allure d’une ville moderne, dynamique, qui bouge. D’une ville “ smart ”, pleine de ressources, attractive pour la génération des milléniaux branchés sur leurs appareils numériques. Dans cette optique, l’architecture n’a plus pour principes l'équilibre et l'harmonie avec l'existant, mais l’organisation spatiale la plus dense et la mieux connectée possible. L’exigence d’intégration à l’environnement s’efface devant la volonté d’être au service, voire de susciter de nouveaux comportements de vivre, consommer, se loger, se distraire, qui sont supposés être complètement différents de ceux de la génération précédente. Décomplexée, l’architecture devient "disruptive". Elle emploie des matériaux, des gabarits, des profils qui n’ont plus aucun rapport avec l’existant, une architecture de surcroît tiraillée entre de multiples courants stylistiques. Il n’y a plus de grammaire commune. C’est une nouvelle ville qui se crée, une Neuville, qui s’accouple à l’ancienne.

ENTRE 1970 ET AUJOURD'HUI

Et puis, entre les années 70 et aujourd’hui, il y a ce demi-siècle au cours duquel le destin de Namur a changé. Elle est devenue une grande ville (à l’échelle wallonne...), une ville universitaire, une capitale régionale, trois trajectoires qui ont provoqué une explosion des besoins en espaces bâtis.

Découvrez ci-après un aperçu du plan et la liste des monuments concernés par le propos

Lire la suite dans le numéro 600 en vente ici


Avis des internautes

Soyez le premier à réagir à cet article !

Réagir à l'article : « Numéro 600 - Introduction : La période qui a vu Namur grandir. » ? Votre avis nous intéresse. Envoyez votre commentaire grâce au formulaire ci-dessous. Notre webmaster modère en permanence ce site Internet. En un clic, vous pouvez partager ce sujet avec vos amis Facebook ou vos followers sur Twitter. Merci pour votre participation. Tout commentaire est modéré avant publication.

Votre pseudonyme
Votre adresse email
Votre commentaire

Agenda

Notre dernière parution

Le numéro 603 sera là dès le vendredi 14 février.

Le Confluent 603 sera disponible dans les boulangeries, librairies dès vendredi et dans la boîte aux lettres de nos abonnés dès aujourd'hui.