Carte blanche : "un gouvernement "coucou" s'installe pour récolter les fruits du travail réalisé

Au-delà des péripéties politiques qui frappent mon parti et plus globalement le monde politique, l’important, c’est, à mes yeux, comme toujours, l’intérêt des gens. Certains semblent l’avoir, hélas, bien oublié !

Forte de mes nombreux contacts avec la population, forte de mon expérience de Ministre depuis 2009, je souhaite mener avec les citoyens – que j’invite d’ailleurs à me contacter – une opposition constructive, sélective, tant au Parlement qu’au Conseil communal de Namur.

À Namur, il s’agit de construire un projet de vie équilibré au bénéfice des habitants. Pour cela, il faut faire la part belle à l’écologie, aux circuits courts, à la mobilité, à la propreté, à la sécurité, à la solidarité. Les choix doivent être faits au bénéfice de tous : logements à loyer réduit et facilitation de l’acquisition immobilière, transports en commun renforcés, plus d’agents de quartier, pistes cyclables sécurisées, investissement dans l’associatif namurois, petits commerces favorisés, tels sont en partie les grands accents de notre projet communal pour 2018.

Ni coup de poker ni laisser-faire !

Au Parlement, je veux fédérer toutes celles et tous ceux qui pensent qu’on ne peut laisser libre cours au règne du capitalisme et qu’il s’agit de construire une société émancipatrice, innovante et solidaire. À titre illustratif, je crains et m’indigne de voir légitimer une approche purement commerciale de l’hébergement des personnes âgées promue par la nouvelle coalition MR-Cdh en Wallonie. Le prix payé par un résident dans une maison de repos ne peut en aucun cas servir à rémunérer un actionnaire! Ce n’est pas ma vision de l’action publique.

 

Le 19 juin dernier, le Cdh a décidé de retirer la prise des gouvernements des entités fédérées, plongeant ainsi la Wallonie dans une crise. Le motif évoqué? UnPS devenu « infréquentable ». L’élément déclencheur réel ? Un parti centriste moribond placé dans les sondages à 8%. Un parti qui, aux prochaines élections, ne constituerait même plus un groupe politique au Parlement de Wallonie… Clairement, il s’agit d’un coup politique du Cdh, peu préparé, pour sauver les derniers meubles et tenter de se refaire une virginité aux yeux des citoyens. La carte du « PS bashing » a cependant eu pour effet désastreux de renforcer le sentiment du « tous pourris ». Loin d’avoir atteint un réenchantement politique, le Cdh a creusé encore plus fort le fossé entre la population et le politique et installé une méfiance encore plus grande envers les actions publiques. Il est grand temps de reconstruire des passerelles entre citoyens et politiques. Attribuer à César ce qui lui revient…

Le nouveau gouvernement a maintenant un an et demi pour mettre en oeuvre ses projets.

Que fera-t-il de la réforme des APE sur laquelle j’ai travaillé depuis le début de la législature et qui devait être approuvée avant les vacances d’été ? J’avais résolument fait le choix risqué de privilégier la concertation avec les partenaires sociaux. Derrière ce type de réforme, ce sont des dizaines de milliers de citoyens, employés comme employeurs, dans des secteurs essentiels comme l’accueil de la petite enfance, la jeunesse, l’accompagnement des citoyens, la culture ou le sport, qui attendent et qui sont maintenant pénalisés par des jeux politiciens. Les partenaires sociaux, patrons et syndicats, ont d’ailleurs demandé de poursuivre sur la voie tracée.

Sage et efficace.

Durant ces trois dernières années, j’ai mis en oeuvre un contrôle de la disponibilité des chômeurs plus humain et efficace, en lien avec un accompagnement individualisé des demandeurs d’emploi, adapté à leurs besoins et profils. J’ai opéré une importante réforme des aides à l’emploi, entrée en vigueur le 1er juillet dernier. Un tournant majeur, qui a permis de passer d’une quarantaine d’aides à une dizaine, plus lisibles et efficaces.

Le Gouvernement wallon a travaillé d’arrache-pied depuis 2014 et je dirais même pour l’avoir vécu de l’intérieur, depuis 2009, pour mener des réformes de fond, concertées et visant le long-terme. Le temps est maintenant venu de la concrétisation, un gouvernement « coucou » s’installe pour récolter les fruits du travail réalisé. Ne soyons pas dupes ! Et construisons ensemble un avenir plus solidaire.

 

Eliane Tillieux


Avis des internautes

Soyez le premier à réagir à cet article !

Réagir à l'article : « Carte blanche : "un gouvernement "coucou" s'installe pour récolter les fruits du travail réalisé » ? Votre avis nous intéresse. Envoyez votre commentaire grâce au formulaire ci-dessous. Notre webmaster modère en permanence ce site Internet. En un clic, vous pouvez partager ce sujet avec vos amis Facebook ou vos followers sur Twitter. Merci pour votre participation. Tout commentaire est modéré avant publication.

Votre pseudonyme
Votre adresse email
Votre commentaire

Agenda

Du 01 avril 2017 à 10h00 au 05 novembre 2017 à 18h00
 
Du 01 avril 2017 à 14h00 au 01 octobre 2017 à 18h00