ÉDITORIAL

Un nouveau pôle culturel et de services


La photo que nous publions en couverture met bien en évidence l’ampleur des transformations de Namur. C’est dans un format et un style neufs, qui bousculent l’environnement proche, que se réalise, à l’intervention de Cobelba, l’opération dite Rogier I, qui porte sur la construction d’un pôle musical de premier plan (voir Confluent 561, ainsi que les feuilletons du Cav&ma).

Cet ensemble sera prolongé vers la rue Lucien Namèche par un deuxième chantier, qui vient d’être attribué à Coeur de Ville. Baptisé (par facilité) Rogier II, il conduit à la création d’un pôle emploi, doublé de la construction de logements privés et sociaux (voir en page 10).

En face du Rogier I, sur le terrain des anciennes casernes Léopold, la même société va entreprendre l’an prochain la construction d’un vaste complexe comprenant bibliothèque, parc public, logements et commerces (voir Confluent 567). L’enquête publique est en cours jusqu’au 19 décembre 2019 afin de recueillir les avis de la population, à commencer par les voisins.

Ces trois projets sont la concrétisation de la volonté communale de hisser Namur à un niveau supérieur en offrant des services culturels (la salle de concert, le conservatoire, la bibliothèque) et économiques (le Forem, la Maison des métiers) de haute qualité. Et cela à proximité de la gare, du centre-ville, et dans un environnement attrayant (un parc public).

Ils se caractérisent par trois traits communs. Le premier est (à quelques m2 près) qu’étant réalisés sur un terrain communal, ils sont pilotés par la Ville, qui s’est montrée soucieuse d’un bon équilibre entre les différentes affectations. Le deuxième est qu’ils sont le fruit d’un partenariat public-privé, dans lequel l’entreprise privée – sélectionnée sur base d’un concours – se rémunère essentiellement, dans le cas des opérations 2 et 3, par la vente de logements privatifs. Le troisième est que, les contraintes de l’environnement proche étant faibles, c’est une architecture contemporaine qui s’exprime, donnant à ce quartier l’allure d’une “ nouvelle ville ”, avec toits plats, lignes droites, murs blancs et larges baies.

Il convient maintenant de s’intéresser à l’exploitation et à la fréquentation de ces nouveaux outils publics. Les bénéficiaires sont connus : le CAV&MA, le Conservatoire, la Bibliothèque, le Forem, la Cité des Métiers connaissent les défis qui les attendent, notamment sur le plan financier. On veut espérer qu’ils se sont assuré les financements indispensables.

Quant à la fréquentation, elle bénéficie de la proximité de la gare et du pont des Ardennes, de telle sorte qu’il n’est pas nécessaire de pénétrer plus avant dans la Corbeille pour se rendre dans ce quartier. Subsiste cependant la nécessité d’adapter le plan de mobilité pour que l’accès à ce double pôle urbain, en voiture comme en transport public, soit aisé la journée et jusque tard le soir. Il est temps d’y penser.

Pierre Dulieu

Le numéro 600 c'est pour très bientôt !

 

Agenda

Notre dernière parution

Au sommaire : Le quartier Rogier, des acteurs de la transition à Namur, un grand entretien, une somme d'informations sur Namur, une pause-croquis ...

Le Confluent 598 sera disponible dès ce jeudi 21 novembre dans les boulangeries, librairies et dans la boîte aux lettres de nos abonnés.