Être jeune et quitter Namur… en 1789

Entre 1787 et 1790, le Namurois, comme les autres provinces qui deviendront quelques années plus tard ce qui est aujourd’hui encore la Belgique, est en proie à une révolution née de l’hostilité de la population aux réformes voulues par Joseph II, souverain des Pays-Bas autrichiens.

Si la population namuroise réagit le plus virulemment aux réformes de l’empereur en 1787, la fin de l’année 1789 est marquée par un autre phénomène qui inquiète tout autant les autorités : l’enrôlement de dizaines de jeunes volontaires dans les rangs de l’armée des révolutionnaires, aux côtés des leaders de la Révolution dite brabançonne, Jean-François Vonck et Henri Vander Noot.

Ainsi, entre août et octobre 1789, plus de 90 « jeunes gens » de Namur partent rejoindre, dans la Campine, les rangs de cette armée que les autorités qualifient de « bandes prétendues patriotiques ». Jusqu’en octobre, les autorités namuroises ne font rien pour empêcher ces départs dont elles semblent ne pas mesurer l’importance.

Le 2 octobre, le nommé Pierre-Joseph Grandfils, qui est revenu quelques jours plus tôt, est arrêté par les soldats de la garnison lors d’une rixe en rue. Interrogé longuement par la justice scabinale, il en vient à expliquer en détail qu’il est parti peu de temps auparavant vers Liège, convaincu par le nombre important de jeunes partis et par des recruteurs venus s’installer dans la cité du confluent.

C’est à ce moment manifestement que les autorités de la ville prennent la mesure du phénomène et décident d’agir. Le collège des échevins, appelé le Magistrat, écrit au représentant de l’empereur à Bruxelles, le ministre plénipotentiaire Ferdinand von Trauttmansdorff, qui ordonne pour quinze jours, à partir du 11 octobre 1789, l’interdiction de délivrer des passeports aux jeunes gens de Namur ainsi qu’aux ouvriers.

Société Royale Sambre et Meuse

Lire la suite dans le numéro 541 de Confluent


Avis des internautes

Soyez le premier à réagir à cet article !

Réagir à l'article : « Être jeune et quitter Namur… en 1789 » ? Votre avis nous intéresse. Envoyez votre commentaire grâce au formulaire ci-dessous. Notre webmaster modère en permanence ce site Internet. En un clic, vous pouvez partager ce sujet avec vos amis Facebook ou vos followers sur Twitter. Merci pour votre participation. Tout commentaire est modéré avant publication.

Votre pseudonyme
Votre adresse email
Votre commentaire

Agenda

Du 18 février 2017 à 10h00 au 21 mai 2017 à 18h00

En trois lieux de Namur, l’effervescence des passions humaines.

 
Du 03 mars 2017 à 20h30 au 05 mai 2017 à 20h30

Une Odyssée tragi-comique et une comédie à Andenne.

 
Du 24 mars 2017 à 13h30 au 30 avril 2017 à 18h00