La part de l’imaginaire : L’amour au temps des désordres de la batellerie

Félicien faisait les cent pas le long du chemin de halage. Fouler les feuilles mortes le distrayait ; elles virevoltaient autour de ses pieds avant de tomber sur l’eau, emportées par le vent.

Le jeune homme tenait deux lettres dans sa poche : la première venait de la Société De Puydt à laquelle il avait envoyé sa candidature pour obtenir un poste d’éclusier ; la seconde –l’écriture de l’enveloppe ne pouvait mentir- était une lettre de Julie. Cette dernière, il la lirait dix fois sur un banc, près de Floriffoux, à l’ombre d’un tilleul.

 

Le père de Julie était Augustin Cuissard. Il avait cinq enfants. Toutes ces bouches à nourrir ! Quand on est batelier sur la Sambre, on compte les centimes. Sa femme était morte en couches. Les gosses étaient placés dans une institution de bienfaisance. Mais Julie, sa fille aînée, dix-sept ans, était à ses côtés. Tignasse rousse, nez retroussé, la belle Julie Cuissard vous regardait droit dans les yeux et vous eût désarmé sans le moindre mot.

 

Au Grognon de Namur, que faisait son père ? Il parlait haut, jurait dans le jargon des naiveurs et s’arrêtait volontiers dans un cabaret de la rue des Brasseurs pour y écluser, comme il disait, la bière de la région qu’on appelait la keute. C’était après avoir transborder. Les péniches venant de la Meuse faisaient quelque 200 tonneaux. Il leur était impossible de remonter la Sambre. On chargeait leurs marchandises dans de maigres embarcations de 60 tonneaux qui, halées par des chevaux, remontaient la rivière vers Floreffe, Aulne, Charleroi...

Paul Dulieu

Lire la suite passionnante dans le numéro 549 de Confluent


Avis des internautes

Soyez le premier à réagir à cet article !

Réagir à l'article : « La part de l’imaginaire : L’amour au temps des désordres de la batellerie » ? Votre avis nous intéresse. Envoyez votre commentaire grâce au formulaire ci-dessous. Notre webmaster modère en permanence ce site Internet. En un clic, vous pouvez partager ce sujet avec vos amis Facebook ou vos followers sur Twitter. Merci pour votre participation. Tout commentaire est modéré avant publication.

Votre pseudonyme
Votre adresse email
Votre commentaire

Agenda

Du 21 octobre 2017 à 00h00 au 25 février 2018 à 00h00

 
Du 10 novembre 2017 à 00h00 au 19 novembre 2017 à 00h00
 
Du 11 novembre 2017 à 00h00 au 19 novembre 2017 à 00h00