La transition se tricote à Gesves

La transition se tricote à Gesves… 

Eliabel Hennart et Anne-Catherine Pottier sont actives dans le mouvement Gesves en Transition : « Nous avons organisé un premier café-citoyen d’où se sont créés dix groupes de travail sur des thèmes tels que Zéro déchets, le potager, créer du lien par l’art et la culture, la mobilité, l’énergie et la laine… Nous voulons rendre ses lettres de noblesse au matériau de la laine en développant une filière laine. Toutes les deux nous tricotons et nous avons confronté nos idées. Nous incitons les habitants de Gesves à récupérer leurs laines qui dorment dans les greniers plutôt que de les gaspiller. Avec nos cafés-tricots, nous nous efforçons de recréer du lien entre les personnes qui tricotent seules chez elles ou en famille. Toutes les générations de 82 ans à 8 ans se retrouvent dans nos cafés-tricots ».

Les idées et les énergies se déploient à travers “Laine en Transition”. Toutes les étapes du traitement de la laine brute et locale sont réalisées de la récolte et du tri des toisons, au lavage dans la rivière, au séchage et au cardage en passant par le filage pour enfin parvenir au tricot.  

Sensibiliser les petits éleveurs à une bonne tonte de leurs moutons est une étape primordiale du projet de Laine en Transition. « Les petits éleveurs sont à la recherche de bons tondeurs. Mais ce n’est pas facile de les repérer car ils ne sont pas répertoriés. On leur propose de racheter leurs toisons pour les utiliser dans nos ateliers. Nous tâchons de les aiguiller vers notre Filière laine. Mais nous ne cherchons pas à mettre en place une filière économique ».

Une belle valeur ajoutée

Stéphanie Bonato est une passionnée du tricot : « J’ai réalisé mon premier pull en quatrième primaire. J’ai arrêté de tricoter lorsque j’ai fait l’université mais je m’y suis remise lorsque j’ai attendu mon fils. Il y a le plaisir de l’échange, de réfléchir à d’autres manières de consommer. Cela coûte plus cher de s’acheter un pull qu’on tricote qu’un pull tout fait. Il y a tellement de laine dans les environs. Nous amorçons une autre dynamique, nous participons à des initiatives qui laissent une empreinte. Participer à un mouvement de transition c’est une belle valeur ajoutée. Tricoter avec du 100 % laine, cela procure une autre sensation sur la peau. L’usure est différente. Il faut juste faire plus attention quand on la lave. Il faut se réhabituer à cette matière. La vie moderne nous en a fait perdre l’usage ».

Les cafés-tricot, dénommés “Détricothés”, sont des rendez-vous conviviaux où tricot et crochet riment avec échanges. Ils rassemblent les amoureux et amoureuses de la laine, débutants ou confirmés le 2ème mardi du mois de 20 h à 22 h et le 4ème samedi du mois de 10 h à 12 h.

Gesves en Transition : Info et contact : 0472/54 73 70 (Eliabel) - info@lainegesves.be - www.lainegesves.be

Chantal Godart

 


Avis des internautes

Soyez le premier à réagir à cet article !

Réagir à l'article : « La transition se tricote à Gesves » ? Votre avis nous intéresse. Envoyez votre commentaire grâce au formulaire ci-dessous. Notre webmaster modère en permanence ce site Internet. En un clic, vous pouvez partager ce sujet avec vos amis Facebook ou vos followers sur Twitter. Merci pour votre participation. Tout commentaire est modéré avant publication.

Votre pseudonyme
Votre adresse email
Votre commentaire

Agenda

Du 03 mars 2017 à 17h00 au 20 juin 2017 à 17h00

Le XIXe siècle est l’âge d’or de la pipe en terre tant en France qu’en Belgique.

 
Du 01 avril 2017 à 10h00 au 05 novembre 2017 à 18h00
 
Du 01 avril 2017 à 14h00 au 01 octobre 2017 à 18h00