Quatre candidats pour un recteur : l’Université de Namur a lancé le processus électoral

 

C'est la première fois que le recteur de l’université sera choisi par l’ensemble de la communauté universitaire, sans devoir être approuvé par l’autorité jésuite. Cette mini-révolution indique la volonté de la Compagnie de Jésus de faire entière confiance aux laïcs, mais aussi de s’aligner sur le processus démocratique en vigueur dans toutes les institutions universitaires du pays. Elle a visé juste : tous les candidats font preuve d’une remarquable fidélité à l’esprit jésuite et ont l’ambition de resserrer les liens avec toutes les universités jésuites à travers le monde.

Deux femmes, deux hommes

Il se pourrait que le prochain recteur soit une femme. Elles sont, en effet, deux à postuler le poste : Muriel Lepère, 46 ans, et Annick Sartenaer, 52 ans. Toutes les deux nées à Namur, elles y ont fait l’essentiel de leur formation, avant de parti r se perfectionner à l’étranger. Muriel Lepère est docteur en sciences physiques, Annick Sartenaer en sciences mathématiques. Elles sont professeurs à la  faculté des Sciences, la plus importante en nombre de votants. Les deux candidates ont déjà exercé de grandes responsabilités dans l’institution. La première est vice-recteur chargée de l’enseignement depuis 2013, ce qui l’a amenée à participer aux négociations sur les mati ères qui touchent aux diplômes, aux habilitations et à la réorganisation de l’enseignement supérieur. La seconde est présidente de l’assemblée générale de l’Université depuis 2014 (elle vient d’en démissionner). À ce titre, elle a conduit les débats qui ont mené à la réorganisation complète de l’institution, dont l’élection du recteur est la partie la plus visible.

En face d’elles, deux hommes : Alain de Crombrugghe, 54 ans, et Naji Habra, 54 ans. Le premier a déposé ses pénates à Jambes, lors de sa nomination comme professeur en sciences économiques. Il y a vécu de 1993 à 2014, avant de se replier à Woluwé Saint-Lambert. Il a été président de l’association de parents du collège Notre-Dame de la Paix et est toujours membre du Rotary club de Namur. Diplômé de plusieurs universités (licencié en droit à la KULeuven, maître en sciences économiques à l’UCL, docteur en sciences économiques à Harvard, chercheur à l’Institut des Hautes Études de Genève), il est un spécialiste du commerce international et de l’économie financière. Dans l’institution, il a été doyen de sa faculté de 2007 à 2011 et a participé aux négociations avec l’UCL qui ont abouti à un master en économie commun aux deux institutions.

Quant à Naji Habra, son parcours est vraiment atypique. Originaire de Damas, en Syrie, il est arrivé en 1985 à Namur dont il ne cesse de vanter les charmes. Membre du comité de quartier Astrid-Lemaître, il a fait parti e du staff dirigeant de l’unité scoute Saint-Louis et de l’association “Une autre maison”. Ingénieur civil en constructi on et en informatique, docteur en sciences, il est chargé de cours à la faculté d’Informatique, spécialisé en génie logiciel, en qualité logicielle et en systèmes d’information. Il a lancé dans ce dernier domaine, le centre de recherche multi –facultaire PReCISE. au sein de l’institution, il a été président de l’assemblée générale, de 2005 à 2011, puis doyen de sa faculté, de 2011 à 2015. Il a présidé la commission de l’enseignement qui a mené à bien deux chantiers : le renouveau de la pédagogie PUNCH et la réforme des masters. Depuis 2015, il est premier vice-recteur, en charge du personnel et des ressources humaines.
Diplômé de plusieurs universités (licencié en droit à la KULeuven, maître en sciences économiques à l’UCL, docteur en sciences économiques à Harvard, chercheur à l’Institut des Hautes Études de Genève), il est un spécialiste du commerce international et de l’économie financière. Dans l’institution, il a été doyen de sa faculté de 2007 à 2011 et a participé aux négociations avec l’UCL qui ont abouti à un master en économie commun aux deux institutions.

Le grand défi : sortir de l’isolement au sein de la FWB - Lire la suite dans notre numéro 540 de Confluent 

Pierre Dulieu

 

Le vendredi 3 mars, à midi au Château de Namur :

Quel rectorat pour les quatre prochaines années ? avec la participation des quatre candidats.

Une organisation de la Maison des Projets et des Débats
Nombre de places limité. Invitation à demander à info@confluent.be


Avis des internautes

Soyez le premier à réagir à cet article !

Réagir à l'article : « Quatre candidats pour un recteur : l’Université de Namur a lancé le processus électoral » ? Votre avis nous intéresse. Envoyez votre commentaire grâce au formulaire ci-dessous. Notre webmaster modère en permanence ce site Internet. En un clic, vous pouvez partager ce sujet avec vos amis Facebook ou vos followers sur Twitter. Merci pour votre participation. Tout commentaire est modéré avant publication.

Votre pseudonyme
Votre adresse email
Votre commentaire

Agenda

Du 18 février 2017 à 10h00 au 21 mai 2017 à 18h00

En trois lieux de Namur, l’effervescence des passions humaines.

 
Du 03 mars 2017 à 20h30 au 05 mai 2017 à 20h30

Une Odyssée tragi-comique et une comédie à Andenne.

 
Du 24 mars 2017 à 13h30 au 30 avril 2017 à 18h00